2 jours pour découvrir la HAVANE

Jour 1: « Notre arrivée à la Havane »

Il est 17h heure locale (23h heure française) quand nous atterrissons à la Havane, capitale de Cuba. Cette ville compte aujourd’hui environ 2 millions d’habitants.

La fatigue commence à se faire ressentir mais nous devons encore faire la queue pour l’immigration et attendre de pouvoir récupérer nos sacs à dos. Je revois encore Benoit tellement effrayé de ne pas voir son sac arrivé pendant plus d’une heure à côté du tapis. Vous auriez vu sa tête !

Durant cette première heure à l’aéroport, il nous est difficile de comprendre ce que les gens nous disent avec leur accent et la fatigue. D’autant plus que cela fait un petit moment que nous n’avons pas parlé en espagnol. Nous récupérons nos sacs et une fois dans le hall d’entrée, nous cherchons à retirer de l’argent. Un premier distributeur manque de nous avaler notre carte ! Deuxième petite frayeur de la journée ! C’est dans ce moment de stress qu’un homme nous explique qu’il y a un autre distributeur à la sortie de l’aéroport. Nous faisons la queue et nous réussissons à retirer 100 CUC (environ 100 euros) après avoir eu du mal à nous rappeler du code de la CB. Il s’agissait d’une carte dont nous ne nous étions jamais servi encore. Pour se souvenir du code, nous nous étions donné comme moyen mnémotechnique les départements correspondants aux numéros. Cependant, une fois devant le distributeur et avec la fatigue, nous ne savions plus dans quel ordre nous devions les taper… On vous conseille d’ailleurs de noter vos codes quelque part, sous la forme d’un numéro de téléphone par exemple, pour ne pas vous retrouver dans la même situation que nous.

Nous montons dans le premier taxi qui nous propose de nous emmener pour 25 CUC directement devant notre « casa particular ». Nous l’avions réservé quelques semaines avant de partir sur le site Homestay. A ce moment là, nous sommes vraiment trop fatigués pour voir si un autre moyen de transport peut nous y emmener pour moins cher et nous ne cherchons même pas à négocier avec le chauffeur !

Nous faisons nos premiers kilomètres sur le sol cubain et déjà tellement de surprises : toutes ces vieilles voitures colorées des années 50 nous émerveillent, nous sourions en voyant ces charrettes sur les grands axes routiers et puis ces grands bus jaunes que nous n’avions vu jusqu’alors que dans les films !

la-havane-2

la-havane-3

la-havane-4

Après une vingtaine de minutes sur les routes, nous arrivons à la Havane. Nos premières impressions sont vraiment très particulières. Les immeubles sont en très mauvais état. Nombreux sont ceux inhabités ou à moitié démolis. Certaines rues du centre sont en terre et très peu praticables. Nous sommes en fin de journée, il est quasiment 20H30 quand nous arrivons et nous sommes surpris de voir autant de monde dans les rues, entre amis, en famille, assis sur les voitures ou sur le trottoir devant chez eux.

la-havane-1

la-havane-13

Après avoir été accueillis très gentiment par Fatima et son mari, nous posons nos affaires. La chambre n’est pas très grande et il n’y a qu’une petite fenêtre donnant sur un mur. Il y a la climatisation et un ventilateur. Pour trois nuits, cela fera l’affaire même si nous pensons que nous aurions pu trouver un peu mieux pour le même prix.

Nous décidons ensuite d’aller chercher quelque chose à manger. Nous trouvons une petite sandwicherie en bord de mer. Nous commandons un petit sandwich au jambon et au fromage. Nous payons en CUC et la dame nous rendra la monnaie en CUC et en CUP. Nous comprenons alors qu’à Cuba, il y a deux monnaies mais nous n’avons aucune idée de la valeur de chacune. Nous poserons la question à Fatima demain matin pour en savoir un peu plus.

Plus tard, sur le chemin du retour, nous croiserons certains cubains jouer aux dominos, sur une table de fortune, dans la rue ce qui nous fera sourire. Il est 23h et nous partons nous coucher. Demain nous avons prévu d’aller visiter la ville et au vu de ce que nous avons pu voir ce soir, nous pensons qu’elle nous réserve bien des surprises. !

Jour 2 : « Nos premiers pas à cuba »

La nuit a été bonne et nous nous réveillons pour la première fois sur le sol cubain vers 8h30. Fatima nous prépare un café accompagné de pain et de beurre. Nous ne savons pas vraiment si nous pouvons appeler ça du pain. En effet, il s’agit plus d’une boule de pain de mie un peu sèche. Cependant, cela fera l’affaire car nous ne savons pas encore où acheter à manger dans le coin.

Nous en profitons pour demander à Fatima pourquoi il y a deux monnaies et quelles sont leurs valeurs. Elle nous explique que la plupart des gens à Cuba payent un CUC mais qu’il est possible de payer dans certains magasins, et notamment dans les endroits les moins touristiques, avec des CUP sachant que la conversion est la suivante :

1 CUC= 25 CUP

Les CUP font partis de l’ancienne monnaie.

Heureusement que nous lui avons posé la question parce que c’était un coup à se faire avoir. Nous ferons donc attention quand les cubains nous rendront la monnaie (les billets étant différents).

Nous partons pour la journée à la découverte du quartier de la « Havana Vieja » avec nos petits sacs à dos, l’appareil photo, la go pro et notre petit guide sous le bras.

la-havane-5

cuba-la-havane-1

cuba-la-havane-2

cuba-la-havane-3

la-havane-18

cuba-la-havane-5

la-havane-21

la-havane-22

Nous découvrons la Havane de jour. Les rues que nous avions aperçues la veille ont une autre allure mais nombreuses sont celles dont le sol est totalement abimé et où les façades des maisons et des bâtiments sont entièrement délabrées.

Après une trentaine de minutes de marche, nous arrivons dans la vielle ville. Il y a beaucoup de monde. Les cubains nous abordent pour savoir si nous avons besoin d’aide, pour savoir où nous allons et d’où nous venons. Nous discutons avec certains mais nous comprenons rapidement que la plupart nous demanderons une pièce en échange. C’est bien dommage car cela nous a finalement freiné à discuter avec eux…

Nous nous baladons de rues en rues, de places en places, certains quartiers semblent être beaucoup plus pauvres que d’autres.

la-havane-9

cuba-la-havane-18

cuba-la-havane-11

cuba-la-havane-10

cuba-la-havane-4jpg

Beaucoup de gens sont dans la rue et ne font pas grand chose. Nous croisons ces vendeurs de fruits avec leurs charrettes, ces vendeurs de cigares qui tentent de nous « arnaquer » en nous vendant des feuilles de bananiers roulées, ces nombreux taxis qui nous demandent à chaque passage : « taxi ? » et puis toutes ces vieilles voitures qui nous fascinent et qui sont vraiment toutes plus belles les unes que les autres. Certaines sont en très bon état et pour d’autres, nous nous demandons comment il est possible qu’elles roulent encore !

la-havane-11
la-havane-14

la-havane-20

Il y a également ces enfants en uniforme que l’on croise dans les rues et qui pour certains ont même leur école dans la rue. On revoit ce petit garçon devant le tableau qui devait trouver le résultat de la division 996/2. Benoit a même essayé de lui souffler la réponse ce qui aura fait rigoler ses petits camarades de classe. On se demande vraiment comment ces enfants arrivent à se concentrer avec autant de bruit. Il y en a d’autres qui font du sport dans la rue. On les a vu courir le 100m en étant chronométrés par leur professeur de sport.

cuba-la-havane-7

Il est midi et nous cherchons un coin pour nous poser et manger un bout. Cependant, nous n’avons pas un gros budget et les restaurants sont chers ici. Les prix sont quasiment équivalents aux prix français. Nous comprendrons par la suite que les tarifs sur les cartes sont destinés aux touristes et qu’en réalité, les cubains payent biens moins cher eux.

Nous nous arrêtons dans un « snack » que nous repérons car il n’y a que des locaux en terrasse. Effectivement, ce n’est pas très cher et le cadre est plutôt sympa. Nous commandons deux sandwichs et nous nous installons à côté de cubains qui n’hésitent pas à discuter avec nous. Benoit discute même un bon moment avec l’un d’entre eux. Cet homme lui explique notamment que les gens ne gagnent pas beaucoup d’argent ici. Son salaire à lui étant de 10 CUC par mois soit environ 10 euros. Cela explique, dit-il, que les tarifs des restaurants ne soient pas les mêmes pour les locaux et pour les touristes (notre sandwich coute en effet 2,5 CUC mais lui le paye beaucoup moins cher.). L’Etat a le contrôle sur tout. Les cubains qui travaillent doivent reverser des taxes au gouvernement ce qui explique en partie leur extrême pauvreté. Certains arrivent à s’en sortir mieux que d’autres mais 80% de la population est pauvre. Les cubains essaient donc de gagner leur vie en vendant les produits à la sauvette dans la rue et notamment de « faux cigares ». Benoit essaie de lui parler du régime mais notre interlocuteur coupe vite court à la conversation et nous explique que toute forme de critique du gouvernement est passible de prison. Nous ressentons que le régime leur pèse énormément mais qu’ils ont appris à vivre avec. Les cubains sont des gens très positifs, souriants et accueillants (pour la plupart). Ils n’ont pas de mauvaises pensées, ils essaient juste de gagner leur vie comme ils le peuvent.

Nous finissons la journée dans les rues de la Havane jusqu’à 17h où nous décidons de rentrer faire une petite sieste mais la fatigue aura eu raison de nous et nous nous réveillons le lendemain matin à 7h.

cuba-la-havane-8

cuba-la-havane-13

 

cuba-la-havane-16

Jour 3 : « On se souviendra de Viazul… »

Aujourd’hui, nous avons pour mission d’aller acheter nos billets de bus avec la compagnie Viazul pour nous rendre à Vinales demain. Nous partons donc en direction de la gare, qui, nous le pensons, se trouve à une heure à pied de notre « casa particular ». Nous marchons… marchons… et marchons encore sous cette chaleur infernale et à côté de ces voitures qui nous enfument ! Nous arrivons à une première station de bus mais nous comprenons vite que cette station est réservée « aux locaux ». Les touristes n’ayant pas le droit d’emprunter les transports en commun des cubains.

Benoit repère deux personnes assises avec des gros sacs à dos et décide d’aller discuter avec elles pour leur demander si elles ont réussi à prendre un bus. Bingo ! Ce sont des Français. Ils nous expliquent qu’ils arrivent tout droit de Vinales et qu’ils ont pris un « collectivos » pour 4 personnes pour se déplacer. Les collectivos sont des taxis qui se déplacent sur de longues distances et qui peuvent prendre 4 personnes (même plus pour certains) ce qui est super intéressant puisque le prix est divisé en 4. Pour vous donner un exemple, le trajet en collectivos pour aller à Vinales coute 24 CUC pour 4 alors qu’avec la compagnie Viazul le trajet coute 24 CUC mais pour 2. Bref, nous ne sommes pas 4 et nous décidons donc de continuer notre chemin jusqu’à la station Viazul.

Trois heures de marche plus tard, nous arrivons à la station extrêmement fatigués ! On ne s’attendait pas à marcher aussi longtemps d’autant plus que nous ne sommes pas du tout ha

bitués à autant de chaleur. Nous faisons la queue devant les guichets (énervés par ces russes juste devant nous qui crient quand elles parlent !). Une fois notre tour, nous réservons nos billets pour le lendemain à 14h. Une femme très peu aimable nous tend nos billets.

Le temps de boire un coup et nous repartons en direction du centre ville toujours à pied… (au plus grand désespoir de Claire) car il fait toujours aussi chaud ! Nous en profitons pour visiter le quartier du Vedado avec ses grands hôtels et ses belles maisons. Il s’agit du quartier un peu plus « chic » de la Havane.

cuba-la-havane-15

Vers 14h, nous cherchons un coin pour manger. Cette fois ci nous décidons de la faire simple : ouverture du guide du routard grâce auquel nous trouvons un petit restaurant d’Etat, qui du coup est absolument pas cher ! Nous nous posons une bonne heure au frais pour manger et boire un verre puis nous repartons toujours à pied ! Nous arrivons après 2 heures de marche au bord de l’océan et nous nous rendons compte que le ciel se couvre énormément. Le temps de faire quelques photos et nous sautons dans un «  taxi coco ou tuc tuc » pour faire les derniers kilomètres qu’il nous reste ! Trop excellent ! Benoit tenait absolument a tenter l’expérience.

Nous rentrons chez Fatima tout de même bien fatigués. Nous prenons le temps de faire une petite sieste et puis, un peu plus motivés que la veille, nous reprenons la direction du centre ville où nous trouvons un petit restaurant sympa dans la vieille ville. Partis avec 15 CUC, nous serons obligés de partager un Kebab au poulet… un grand moment ! Par contre, une chose qu’on ne partagera pas, c’est la bière bien méritée après cette journée d’effort !

cuba-la-havane-12

Conseils pratiques:

  • 2 à 3 jours suffisent pour visiter la Havane. Concentrez-vous sur les quartiers de la Havana Vieja et du Vedado pour vous imprégner de l’ambiance et être au coeur de la vie locale.

*Hébergement:

  • Les hôtels ne sont pas bon marché à Cuba. on vous recommande plutôt de réserver une chambre chez l’habitant. Pas la peine de réserver à l’avance, il y a de nombreuses « casa particular » dans toutes les villes du pays. Vous pourrez négocier le prix de la chambre, surtout si vous décidez de rester plusieurs nuits
  • Réservez toujours la chambre par vous même. Les cubains prennent des commissions sur chaque réservation qu’ils feront à votre place et vous ne pourrez pas négocier le prix. Idem pour les transports.

*Moyen de transport

  • Le meilleur moyen de visiter la Havane est de se balader à pied et de se perdre dans les rues. Si vous décider de prendre un taxi, n’oubliez pas de négocier le tarif en faisant jouer la concurrence.
  • Pour se déplacer à Cuba, il n’y a qu’une seule compagnie de bus: VIAZUL. Vous trouverez une station dans chaque grande ville du pays.
  • Le meilleure moyen de se déplacer d’une ville à l’autre reste tout de même les taxis collectivos. Tentez de trouver des personnes qui souhaitent effectuer le même trajet. Vous pourrez ainsi avoir les meilleurs tarifs.
  • La location de voiture coûte cher à Cuba et les assurances proposées par les agences sont quelque peu douteuses. Le seul avantage est que vous pourrez vous déplacer quand vous le souhaitez et vous rendre dans des endroits un peu plus reculés.

*Argent:

  • Il y a 2 monnaies à Cuba: Le CUC (monnaie « touristique » et le CUP « monnaie locale »). Il est difficile de se procurer des CUP (si vous en cherchez vraiment vous en trouverez… dans un bureau de change « non officiel ») et il vous faudra trouver les restaurants qui acceptent de vous prendre des CUP alors que vous êtes touristes. Par contre, si vous arrivez à payer avec, votre séjour à Cuba ne devrez pas vous couter grand chose. A vous de voir !

*Internet:

  • Pour vous connecter à Internet, il vous faudra acheter des cartes prépayées qui vous coûteront environ 2 CUC (soit un peu moins de 2 euros) pour une heure de connexion. Avec le code de la carte, vous pourrez ainsi vous connecter à condition de vous rendre sur une zone avec un réseau wifi.

N’hésitez pas à nous poser vos questions si vous en avez.

On vous souhaite un très bon séjour dans cette ville envoûtante et déroutante !

Ben et Claire

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Tagged with:     , , ,

About the author /


Post your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial